06.12.2013

Eloïse, une petite fille courageuse !

Elle a 11 ans. Le corps rongé depuis la naissance par une neurofibromatose.

Un jour, elle ne pourra sans doute plus marcher mais se bat avec courage contre l'irrémédiable. 

Cindy Lesage et son mari se sentent totalement désemparés. Depuis neuf ans, leur vie est un combat permanent. Depuis ce funeste jour où ils ont constaté que leur fille aînée était atteinte d'une grave maladie. Eloïse avait alors deux ans et demi.

ELOISE et COCCI (3).JPGEffondrés, les parents cherchent à comprendre. A savoir. D'où viennent ces tâches qui essaiment sur tout le corps de leur fillette ? Pourquoi est-elle sujette à ces violents maux de tête ? A ces crises d'épilepsies à répétition ? Pour quelles raisons son dos la fait à ce point souffrir ? Pourquoi, encore, son apprentissage de la marche est si laborieux ?

Ils multiplient les examens. Les scanners. Les IRM. En vain. Aucun médecin n'est en mesure de leur apporter le moindre élément de réponse. Et surtout, de mettre un nom sur cette maladie. "Jusqu'au jour où on a enfin pu savoir. C'était il y a tout juste 18 mois", confie Cindy Lesage. Elle poursuit. Explique. Posément. La gorge nouée par l'émotion. "Eloïse est atteinte de neurofibromatose. C'est une maladie en règle générale héréditaire. Mais qui peut très bien aussi, comme dans notre cas, provenir d'une mutation spontanée. Des nodules apparaissent souvent sur le corps à l'adolescence. Certains affectent le système nerveux. On peut perdre la vue et l'audition. Eloïse a d'ailleurs dû être appareillée. Elle a des problèmes pour marcher. Un jour, elle ne pourra peut-être plus se lever".

Aujourd'hui, la jeune Pradéenne est suivie par les neurologues du CHU de Montpellier Gui de Chauliac et tente de suivre une scolarité à peu près normale au collège Gustave-Violet.

neurofibromatose,

Eloïse présente la mascotte Cocci à son chat Idylle

Aucun traitement ne peut la soulager

"Elle bénéficie heureusement d'une AVS (assistante de vie scolaire) à plein-temps", indique sa maman. "Sans sa présence, je ne sais pas comment on ferait. Ce qui est désarmant avec cette maladie, c'est qu'il n'y a pas de traitement. On sait très peu de choses à son sujet. Certains nodules sont opérables. D'autres pas. Aucun remède n'est en mesure de soulager Eloïse. Le seul médicament qu'on lui administre c'est du Doliprane".

Pour sortir de leur solitude face à la maladie, les Lesage ont adhéré à l'Association neurofibromatose et Recklinghausen. Pour parler. Discuter. Echanger. Partager. Tenter de faire avancer la recherche aussi grâce à la collecte de dons.

neurofibromatose,Recklinghausen,cindy lesage,

Cet été, dans le but de maintenir et d'entretenir le lien, une maman a eu l'idée de créer une mascotte. Une coccinelle à l'effigie de la maladie. Qui voyage, depuis, de familles en familles. Faisant en quelque sorte office de "fil rouge médiatique" pour rompre l'assourdissant silence entretenu autour de cette maladie.
En France, on estime à 20 000 le nombre de personnes atteintes de neurofibromatose de type NF1.

Article signé de J.L. Bobin publié le 28 nov. 2013                   Photos E.C.

 

 

Eloïse, entourée de son frère Matteo, 8 ans, et de sa sœur Pauline, 4 ans, n'ignore rien de la gravité des maux qui l'affectent. Ses parents ne lui ont jamais rien caché. Récemment, la fillette a reçu la visite de la mascotte Cocci qui fait actuellement le tour de France pour médiatiser davantage la maladie et récolter des fonds pour la recherche. 

Contacts : Association Neurofibromatoses et Recklinghausen. www.anrfrance.fr 

 

 

02:39 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : neurofibromatose, recklinghausen, cindy lesage | |  Imprimer | |  Facebook | |