24.03.2012

Le jeu de peindre, un exercice révélateur

Nous avons rencontré Maryse Prat, installée à Prades depuis 6 mois après 24 années passées en Inde prés de Pondichery où elle s'occupait d'une librairie tout en pratiquant l'art de la peinture. Rentrée en Bretagne cela fait 4 ans, elle est attirée par le soleil du Roussillon cher aux Derain, Braque ou Matisse qui ont tant aimé la luminosité de Collioure et c'est le Conflent qu'elle choisit pour créer  l'association « Giroulis, jeu de peindre ». 

marise prat,arno stern,roxane hartmann

                 Roxane et Tamira s'expriment spontanément devant la feuille blanche.

 Marise Prat nous présente son atelier, lieu propice au développement de la spontanéité et de la créativité. Au fil des séances le créateur s'engage dans une profonde transformation, il devient créateur de sa vie par la confiance et l' estime qu'il développe envers lui-même et envers les autres.

marise prat,arno stern,roxane hartmann

 Marise Prat, devant la table-palette des couleurs, nous présente avec modestie les livres pour enfants qu'elle a illustrés.

 L'atelier «Jeu de peindre » où enfants et adultes se découvrent.

Maryse: « Je gère l'atelier sur le principe du «Closlieu » défini par Arno Stern: un lieu clos, sans fenêtre à l'abri du stress et des distractions du monde extérieur. Les murs sont neutres seulement de grandes feuilles blanches et au centre de la pièce une table- palette mettant à disposition le matériel: 19 couleurs naturelles et  pinceaux en petits- gris. Chacun dispose de sa feuille, et « trace» selon une spontanéité retrouvée. Je veille au respect des règles de l'utilisation du lieu: l 'enfant ou l'adulte ne doit pas être influencé, il peint ce qu'il souhaite, à son rythme et à son envie; il décide seul si son dessin est terminé. L'œuvre n'est pas destinée à être vue ou commentée par d'autres personnes,  les peintures ne sortent pas de l'atelier. Mon rôle est celui d'un servant. Je  n'enseigne pas, je ne juge pas, je ne commente pas l'acte. Ma présence stimulante est seulement nécessaire  pour que «la trace» puisse se produire, libérée de toute entrave . Ma présence attentive et bienveillante garantit le respect et l'intimité de la personne.»

  Le jeu de peindre n'est pas  une thérapie mais plutôt une pratique qui est source de bienfait pour le développement des êtres, enfants ou adultes, sans chercher à atteindre aucun but proprement thérapeutique. Le partage, la création instinctive régénèrent l'énergie qui circule entre les participants. »

Emile Claverie

 Contact: Marise Prat 04 34 52 02 79 et 06 12 92 45 33  Courriel: giroulis.jeudepeindre@sfr.fr- Adresse de l'atelier: 17 allée de la Pépinière Prades (ouvert  le mercredi de 14h30 à 16h)

Arno Stern est né en 1924 à Kassel en Allemagne. Il fuit le nazisme avec ses parents, qui s’installent en France en 1933. Ayant survécu aux poursuites, à la clandestinité, et après l’internement dans un camp de travail, il prend dans la banlieue parisienne en 1946 la responsabilité d'un atelier de peinture dans une maison pour orphelins de guerre. Il constate alors que les créations des enfants sont d'autant plus riches et personnelles quand elles sont effectuées librement, sans proposition de thème. Il crée en 1949 un premier atelier à Paris, appelé « « Académie du jeudi », où il met en application ses idées avec des personnes de tous âges. Il installe également des ateliers dans des hôpitaux. Il forme de nombreux élèves, qui multiplieront dans les années 1960 et 1970 des ateliers Méthode Arno Stern dans des centres sociaux, des centres culturels ou dans des écoles.  

 Sources Wikipédia et  www.arnostern.com 

04:56 Publié dans infos diverses, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marise prat, arno stern, roxane hartmann | |  Imprimer | |  Facebook | |