26.04.2010

L'école des chiens

 

Le CLUB CANIN de PRADES est situé route de Fenouillix .

CLUB CANIN 04.2010 (5).JPGSon président Benoit Michaudet nous donne l'esprit du club:  « Notre objectif est de proposer aux propriétaires de chiens une éducation complète pour leur animal favori. Cela passe par l'apprentissage des ordres principaux (assis, couché,...) et de la sociabilité envers les humains et les autres chiens, mais aussi par des exercices ludiques que le chien adore (agility : le chien évolue alors au milieu d'obstacles les plus divers). Nous utilisons pour ce faire la méthode naturelle, c'est-à-dire que nous n'exerçons pas de contraintes sur les chiens. Le but du club est d'avoir des chiens bien dans leur peau et dans leur tête, sociables, équilibrés et obéissants car un chien bien éduqué est un chien heureux qui peut suivre son maître partout. »

Aurélie, éducatrice diplomée,   nous précise: « Nous accueillons les chiots dès l'âge de deux mois. Il faut compter presque une année pour que cette éducation soit bien acquise par le chien. Cependant, il n'est pas rare que les maîtres restent au club même quand leur animal est obéissant. L'ambiance conviviale qui règne au sein de l'association n'est pas étrangère à la fidélité d'une trentaine d'adhérents. Le club n'a pas une vocation sportive, c'est-à-dire que nous ne participons pas à des compétitions. ».  

Pour cette saison, le Club Canin organise pour ses adhérents, leurs familles et bien sûr leurs compagnons à quatre pattes, des balades accessibles à tous d'environ 1h30 tous les derniers samedis du mois pendant toute la saison. 

Le club fonctionne tous les samedis de septembre à juin de 9h30/10h à 11h/11h30.CLUB CANIN 04.2010 (87).JPG

Informations complémentaires:   Benoît Michaudet 06.10.16.17.61 (Président)

Aurélie 06 13 58 07 07

Marc Lamy 06.12.36.97.83 (Vice-président).

par mail : clubcanin.prades@hotmail.fr

http://clubcaninprades.canalblog.com/

 Notre album ....."Les chiens à l'école" à consulter.

Lire notre article paru le 24 avril en page de Prades de l'Indépendant.

06:00 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : benoit michaudet, emile claverie | |  Imprimer | |  Facebook | |

20.04.2010

Antarctique, le retour d'Henri Perau

HENRI FIN ANTARCTIQUE 014.JPGHenri Pérau, enfant de Prades, a passé une partie de sa carrière à 15966 km d'ici dans les terres australes et antarctiques. Responsable des opérations scientifiques à l'IPEV (Institut Polaire Paul Emile Victor) depuis 1985, il a terminé sa 24e campagne en Antarctique.

De son dernier séjour professionnel à la base Concordia il nous ramène le bref récit de son voyage de retour en photos que vous retrouverez dans l'album photos qui lui est dédicacé.

Bon retour au pays  Henri "I per molt anys," avec le souhait de te retrouver toujours aussi actif dans la vie associative conflentoise.

Quelque informations techniques que nous a communiquées Henri sur la création de la base Concordia et qui donnent une idée des conditions de vie des "explorateurs de l'Antarctique".

Base franco-italienne permanente au cœur de l'Antarctique. Occupée de façon permanente depuis 2005, , la construction de Concordia à fait appel à des concepts architecturaux et technologique innovant, respectueux de l'environnement et conforme au recommandations du traité de l'Antarctique.

Après des essais techniques sur les matériaux et des tests de montage de l'architecture métallique, les travaux débutent en 2002. La construction s'est déroulée durant 4 campagnes d'été (octobre à fin février) Elle a nécessité l'acheminement par convois terrestre de 3000 tonnes de matériel.

Les deux bâtiments polygonaux comprennent trois étages et offres une surface totale habitable de 1500 m2.

Ces deux bâtiments sont érigés chacun sur six pilotis hydrauliques qui permettent de compenser une éventuelle déformation du sont, compte tenu du fait qu'ils sont directement posés sur la glace. Ces bâtiments sont constitués d'une charpente métallique revêtue de panneaux très isolant (jusqu'à 100°C d'écart entre l'intérieur et l'extérieur)

La capacité en hivernage est de 18 personnes , Scientifiques, techniciens ingénieurs médecin et cuisinier qui vivent en autonomie totale durant 9 mois de l'hiver Austral. Sachant que le soleil disparaît début mai pour réapparaître vers le 10 Août.

Il faut aussi savoir que durant l'été austral (début novembre à mi-Février) la base peut accueillir plus de 50 personnes (80 pour la campagne 2009/2010) hébergées dans un camp d'été.

Quelques chiffres : Latitude 75° 06 Sud et longitude : 123°23 . Altitude 3233m. 1145 km le la base Dumont D'urville. 600 km de la base russe de Vostok. 1200 km de la base italienne Mario zucchelli. A 15966 km de Prades . A 2500 km du pôle sud. Température minimale - 84°C. Température moyenne en été : - 30°C (- 49° le 12 Janvier 2010). Température moyenne en hiver : -63°C. Précipitation moyenne de neige : 2 à 10 cm par an.. Vitesse moyenne vent : 3 m/s

05:59 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : henri perau, antarctique, concordia | |  Imprimer | |  Facebook | |

12.04.2010

Adeline Castex a fêté ses 100 ans

100 ANS ADELINE (4).JPGADELINE CASTEX 001.JPGCe dimanche, à la maison de retraite Guy Malé, très belle fête de famille pour les 100 ans d'Adeline Castex, très entourée par sa famille et sa jeune sœur de 84 ans .Née le 11 avril 1910 à Paris, elle est la fille d'un émigrant italien de Bergame arrivé en France dans les années 1900. Ayant perdu sa mère très jeune, c'est elle qui la remplaça et éleva sa petite sœur de 7ans. En 44, elle a échappé au bombardement de Noisy le Sec et fit partie avec sa famille des 6 survivants sur les 57 occupants de l'abri effondré qui retrouvèrent leur maison complètement détruite. Courageuse, tenace et généreuse, c'est elle qui a redonné l'espoir à toute la famille. Employée dans un comptoir de métaux précieux, très dure à la tache, elle n'a connu ni médecins, ni médicaments.

100 ANS ADELINE (2).JPGElle a partagé sa retraite depuis 1975 entre Noisy et Villefranche de Conflent où elle possède une maison rue St Jean. A la maison de retraite depuis 2004, elle dit être « comme chez elle »; toujours très coquette et aimable avec le personnel elle accepte tous les soins dont elle est l'objet avec docilité.

Claude, son fils unique, qui a vécu quelques années à Clara, nous dit : « On n'a pas tous les jours 20 ans, mais 100 c'est encore moins souvent ! » Toute la famille et le personnel soignant ont marqué ce grand jour en présence de Mme Ferlin, directrice de l'hôpital, et du 1er adjoint Yves Delcor, représentant notre maire Jean Castex -qui n'a pas de parenté avec Adeline. Mme Castex, le regard pétillant, rayonnait de bonheur au vue de l'agitation et de l'animation dont elle était la cause. 

Voir l'album photo  et l'article paru dans l'Indépendant du lundi 12 avril.

La Maison de retraite Guy Malé emploie 60 personnes - soignants et administratifs- qui s' occupent de 80 résidents.

Maison de retraite Guy Malé, 1 rue de la Basse 66500 Prades tél:04 68 96 00 88

19:00 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adeline castex, emile claverie | |  Imprimer | |  Facebook | |

08.04.2010

L'aplec à St Jacques de Calahons a rassemblé 350 participants

APLEC CALAHONS 039.JPG

Il suffisait d'une belle journée chaude et ensoleillée et de quatre points de feux pour griller pour que plus de 350 personnes se réunissent pour l'aplec de St Jacques de  Calahons. Comme à l'habitude, l'équipe de Guy Baillette, avait une organisation au top et chaque étape de cette journée était pleinement respectée. Le ball d'offici avec la cobla Tres Vents et la présentation du « planxot », la grand messe chantée avec les goigs et le « cant dels ocells » puis les traditionnelles grillades autour de 4 feux contrôlés par les organisateurs et scrupuleusement respectés suivi de sardanes entrainées par Pierrot Mias et le Foment sardaniste Prades Conflent. Enfin un bal catalan au coeur de Catllar clôturait la journée.

GUY BAILLETTE 023.JPGDans son discours de bienvenue aux participants, Guy Baillette, président des Amis de St Jacques de Calahons, se réjouissait que l'aplec retrouve cette possibilité de griller autour de l'ermitage : « Ce mélange du sacré et du profane a été, est et doit rester la force de cet aplec; à nous tous de le défendre, à nous de préserver les traditions » . Il est vrai que tout au long de la journée et dans chaque groupe la flamme était présente en chacun et l'on ressentait l'ambiance retrouvée des plus beaux aplecs de Sant Jaume.

Le président Baillette annonçait les projets pour les 25 ans de la création de l'association: « LeAPLEC CALAHONS 026.JPG programme de restauration de la chapelle et de son environnement se poursuit à parts égales grâce aux dons des adhérents et aux aides le la municipalité de Catllar et des partenaires institutionnels. La restauration du retable du maître autel est notre prochain objectif pour la chapelle, soyez remerciés, chers adhérents, pour votre générosité sans laquelle rien ne serait possible ».

Les prochains rendez-vous autour de l'ermitage de St Jacques de Calahons se tiendront le 1er mai pour l'aplec de Marquixanes en présence de monseigneur André Marceau, évêque de Perpignan, et le 2 mai pour le village d'Eus avec la chorale Cant' Eus au grand complet.

Contact: « Les Amis de St Jacques de Calahons »: 06 64 17 05 06APLEC CALAHONS 018.JPG 

APLEC CALAHONS 029.JPG

APLEC CALAHONS 028.JPG

Retrouvez cet article dans l'INDEPENDANT du 7 avril, page Cattlar.

06:03 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : st jacques calahons, guy baillette, aplec | |  Imprimer | |  Facebook | |

06.04.2010

Portraits d'anciens d'Algérie

La commémoration de la fin de la guerre d'Algérie en 1962, suite aux accords d'Evian, est célébrée le 19 mars. La FNACA Prades- Conflent qui regroupe 150 adhérents sous la présidence d'André Fons a réuni une soixantaine d'anciens combattants pour perpétuer le souvenir de ces années en déposant une gerbe au monument aux morts.

Auparavant, une gerbe avait été déposée sur la tombe de Michel Honguer, enfant de Conat. Après le discours d' André Fons, puis la lecture du manifeste du général Ailleret par Alain Vila, la sonnerie aux morts a retenti pendant la présentation des drapeaux. Une gerbe honorait la mémoire d'André Puigblanqué, victime de la guerre d'Algérie, mort à 20 ans le 29 mai 1958. Un apéritif a rassemblé au foirail les participants pour le discours officiel du représentant de la municipalité Gilbert Coste.

Un engagé:

J.L. FAUX.JPGJean-Louis Faux a 68 ans et habite Prades. Sa famille s'est installée à Ria en 1946. Il est adhérent à la FNACA dont il se sent proche par sympathie puisque sous-officier de carrière, il relève de l'UNC. Il s'est engagé dans l'armée en 1961 à 19 ans dans le service du matériel et s'est spécialisé dans l'armement. Après des classes à Montluçon, Metz, Clermont-Ferrand pour suivre le peloton des sous-off.' puis Fontainebleau, il est envoyé en Algérie en 02.1962 à PhilippeVille puis à Constantine et Bône. La guerre s'étant terminée en mars de la même année, il vient pour « ranger les bidons » jusqu'en juin 63 où il rentrera en France avec le matériel de l'armée. Il connaitra un 2e séjour algérien à Colomb-Béchar de 65 à 67 et terminera adjudant chef après 15 années d'active pour commencer une 2e carrière à Prades dans l'assurance jusqu'à la retraite. En Algérie il n'a pas eu à affronter l'ennemi, étant dans une arme non combattante et la guerre étant terminée mais avec les appelés encore sur le terrain ils étaient toujours sur la défensive dans un climat qui restait hostile et tendu.

 

Deux appelés:

René PORTA 015.JPGRené Porta est né en juillet 39 à Los Masos. En 58, le conseil de révision à Prades sur fond d' « événements d'Algérie », pour lui et son entourage une année d'inquiétude dans l'attente du départ. Août 59, le bateau l'attend à Marseille pour Alger avec 1200 autres appelés. A Oran, 3 mois de classes très dures encadrés par des officiers de retour d'Indochine « à moitié fous ». Il est affecté à la base aérienne d'Oran dans les transmissions et à ce titre i croisera les généraux du putsch d'Alger. Noël 1960, ils sont une trentaine à garder un poste-radar sur les hauteurs d'Oran; officiellement c'est la trêve de Noël et dans le poste on décompresse mais la trêve n'est pas respectée et une attaque du FLN fera 25 victimes parmi ses amis d'armes.

Il passera deux années au Maroc avant d'être démobilisé en octobre 62 à Los Masos avec obligation de se présenter régulièrement à la gendarmerie pendant les deux mois de sa permission libérable. Il exercera une activité d'exploitant agricole, éleveur de chevaux, camping à la ferme jusqu'en 1999. Il passe maintenant une retraite très active à Los Masos en qualité de président du dynamique Club des Ainés.

Jean MONTESSINO.JPGJean Montessino, marié il vit à Eus et a 74 ans. Né à Bougie (Algérie) en 1935, il a usé les bancs de l'école avec les petites algériens et parlait le berbère, son père travaillait à la mine. En avril 56, il est appelé à l'armée et va se trouver engagé pour 30 mois dans ce conflit. A 21 ans, il a « l'âme d'un guerrier », incorporé au 3e bataillon de Zouaves, il rejoint avec 10 autres volontaires un commando de choc.

Opérations sur le terrain, renseignement, deviennent son quotidien. Sur le terrain de jour comme de nuit, il connait plusieurs « accrochages » avec le FLN et plusieurs de ses camarades y laisseront leur vie. Pendant 4 mois, il accompagne dans des opérations de pacification en Kabylie en qualité d'interprète Charles de Gaulle; ce dernier le décorera personnellement de la croix de la valeur militaire avec citation à l'ordre du régiment. Avec le grade de sergent, démobilisé en octobre 58 il rejoindra ses parents pour travailler aux « Mines de la Têt » à Sahorre jusqu'à leur fermeture en 63. Il continuera pendant 30 ans aux Ets Botet Conflent agricole pour prendre sa retraite à 60 ans. De cette période de guerre, il ne regrette rien. Comme les autres il était pris dans un engrenage de violences et de représailles; un oncle, une tante, un cousin ont laissé leur vie, assassinés. « Pendant les opérations miliataires, c'étaient eux ou moi, on ne réfléchissait pas, j'ai eu la chance de rester en vie ».

Trois décorations, des diplômes, des photos et un souvenir très fort de ces trente mois dont il parle sans amertume, ni regrets. Comme beaucoup d'anciens combattants, nos Conflentois de la FNACA, même un demi-siècle après, parlent peu de cette période de leur vie et c'est avec beaucoup de retenue et d'émotion qu'ils évoquent leurs souvenirs, nous disant parfois: « Ça, ne le dites pas »; alors nous n'avons pas tout écrit et eux, auront des difficultés à vous en dire plus!

06:00 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | |  Facebook | |

04.04.2010

Familles de France, un nouveau bureau

FAMILLE de FRANCE.JPG

Le bureau de g. à d.: Yvan Santanach, Eliane lannelongue, Sylvie Subirana, Andrée Santanach.

L'association Familles de France vient d'élire un nouveau bureau pour Prades et le Conflent.

Il est composé de la présidente Andrée Santanach, de Sylvie Subirana comme trésorière et de Yvan Santanach au poste de secrétaire. La vice-présidente n'est autre qu'Eliane Lannelongue également présidente départementale de l'association.

Une permanence au 187 av. du Général-de-Gaulle est à votre service les mardis et vendredis de 10h à 12h pour accueillir, écouter, accompagner les familles qui rencontrent une difficulté sociale, juridique, parentale,...

Contacts: 04 68 05 20 63 E.mail: eliane.lannelongue@orange.fr

Voir l'INDEPENDANT page Prades du 30 mars

02.04.2010

Manifestation pour la lutte des classes

MANIF 5JPG.jpg
La mobilisation a été très forte à Prades ce samedi 28 mars entre 10h et midi pour manifester contre la fermetures de classes à Prades et à Catllar. Organisé par la FCPE (Fédération Conseil Parents d'Elèves) avec Gérard Doz, président départemental FCPE et les représentants Conflentois, ce rassemblement a été un succès pour les organisateurs. « Tous ensemble pour la lutte des classes » aurait pu être un slogan, comme « Lire, écrire et compter sans maitresse, c'est pas gagné! » et « Non, non; ne fermez pas notre école » qu'ont scandé prés de 300 personnes entre la place de la République, puis devant le sous-préfecture avec retour jusqu'au point de départ par la rue du Palais de Justice. Trois générations étaient présentes, desgrands parents aux petits enfants, pour défendre les écoles; pancartes, banderoles, slogans, trompes de brume et autres tambours ont joyeusement animé ce défilé trèsrevendicatif dans un esprit familial. Enseignants, parents, particuliers, retraités étaient très motivés pendant le défilé et les discours devant la sous préfecture très applaudis.

Les élus, Guy Cassoly, conseiller général, Josette Pujol, maire de Catllar, Bernard Loupien, maire de Taurinya, Corinne De Mozas, adjointe déléguée aux affaires scolaires pour Prades mais aussi en sa qualité d'enseignante et parente d'élèves, Jean-Claude Charlet, élu pradéen, ont soutenu les manifestants et accompagné le cortège.

A voir l'album de photos et l'article paru le dimanche 28 mars dans l'INDEPENDANT.

06:02 Publié dans infos diverses, infos diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | |  Facebook | |