21.02.2012

Saint-Valentin en l'église St Pierre de Prades

Pour des raisons obscures surgit au XV siècle un saint qui va devenir le patron des amoureux : saint Valentin, fêté le 14 février.

valentin 006.JPG

Le trésor de l'église paroissiale de Prades possède un magnifique buste -reliquaire le représentant et daté du XV1siècle provenant de l'abbaye de St Michel de Cuixà . La statue du saint fixe les visiteurs d'un oeil qui se veut impassible mais qui aurait beucoup à dire sur son histoire liée au monde du Moyen-Age friand de reliques sacrée.

La relique 

Au Xe siècle à Cuixà , l'Abbé Garin, grand voyageur, amène le doge de Venise Pierre Orséolo à l 'Abbaye où il finira ses jours mais il apporte aussi une relique célèbre, celle du crâne de St Valentin qui sera honorée par une multitude de pélerins . Le crâne sera avec d'autres reliques enseveli aux pied de la Vierge de la crypte du Pessebre puis transportée dans la nouvelle abbatiale .L' Abbé Bernat de Cardona (1580 -1612) décida de placer le crâne dans le buste reliquaire actuel ; on découpa alors une calotte sur la tête du buste et l'on plaça à l'intérieur ce qu'il restait du crâne.A la Révolution française l'abbaye fut vendue comme Bien National à un négociant pradéen et le buste ainsi que du mobilier sacré furent transportés à l'église de Prades en 1790 puis au Trésor de l'église

(Renseignements extraits d'un article de P. Ponsich « Reliquaires du Roussillon 1978)

valentin 2.jpgLe saint 

L'église catholique ne pouvant éradiquer les anciens rituels païens décida de les remplacer par des martyrs chrétiens et Valentin jeune prêtre de Rome mort en 270 se trouva placé le 14 février . La date n'était pas anodine car avant l'arrivée du christianisme cette date correspondait à des rituels de fécondité pour la terre et pour les femmes stériles, quoi de plus naturel en somme de penser à Saint Valentin comme « patron des fiancés et des amoureux » amenant les jeunes gens jusqu'au mariage gage de descendance Et vers l'Abbaye une foule des pélerins dont des femmes accourait de France et de Catalogne à partir du X1 ième siècle attendant des miracles après avoir touché la relique.

Présentation 

Les dimentions du buste sont les suivantes : hauteur 65 cm / largeur 62 cm / profondeur 46 cm . Le saint est imberbe , il repose sur un socle hexagonal avec 4 pieds en forme de sphinge.  Au dessus de la tête on peut soulever la calotte et voir des os, reste de la relique. Le buste est en métal (bronze ou cuivre ) avec dorure à l' amalgame et motifs gravés pour les vêtements, les cheveux et le socle. Le visage est doré et peint. Le buste reliquaire est inscrit aux Monuments Historiques en 1988.

                                                                  Texte de Jeanne Camps

Photos Jeanne Camps

Entouré d'autres bustes , le reliquaires de St Valentin occupe une place privilégiée au sein du trésor de l'église de Prades.

St Valentin vu de profil avec la calotte

 

04:35 Publié dans CULTURE et PATRIMOINE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint valentin, jeanne camps | |  Imprimer | |  Facebook | |

25.12.2011

Une expo photos à l'église Saint-Pierre

L'église Saint Pierre de Prades s'expose en photos. Les touristes et la population du Conflent pourront venir admirer l'exposition des photos des clés de voute de l'église en grand format installées aux piliers sous la responsabilité d'Anne- Marie Brun adjointe à la culture et ce jusqu'au 6 janvier.

Les photos de l'exposition ont été réalisées par François Brun.

Texte et photos de Jeanne Camps







04:14 Publié dans CULTURE et PATRIMOINE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeanne camps | |  Imprimer | |  Facebook | |

07.12.2011

Restauration du retable de St Jacques de Calahons

Restauration du retable de St Jacques de Calahons

Les Amis de Saint Jacques de Calahons poursuivent leur œuvre de restauration de l'ermitage du même nom avec le Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine du Conseil Général.

RETABLE 006.jpgUn diagnostic du retable du maître-autel, datant du XIXème siècle avec des parties du XVIIIème, met en évidence la nécessité de la remise en état certains éléments: attaques anciennes de termites et faible présence d'insectes xylophages, écailles dans le dorure et dans le faux-marbre, éclaboussures de peinture blanche, traces importantes de brûlure sur une tête d'angelot et dépoussiérage général.

Une colonne et un angelot endommagés à 70% par les termites, isolé en 2004 dans la sacristie, a aujourd'hui disparu. Le coût du travail de restauration à réaliser est évalué à plus de 10000 €, un nouveau défi financier que l'équipe de Guy Baillette est prêt à relever avec le concours des communes concernées.                 

 

DSC_2160.JPG


 

ERMITAGE CAL 009.jpg

L'ermitage de St Jacques de Calahons dans son écrin boisé.

DSC_2180.JPG

 

DSC_2161.JPG

04:11 Publié dans CULTURE et PATRIMOINE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | |  Facebook | |

29.11.2011

En Algérie, un cimetière chrétien

Ain Temouchent, « la florissante », ancienne capitale du vin, se situe à 20 km de la mer, à 500 km à l'ouest d'Alger entre Oran et la frontière marocaine. Poste militaire français dès 1839, la région connut une présence française importante jusqu'en 1962. Dans les années 50 à 60 jusqu'à 500 familles « pieds-noires » y travaillèrent; pour preuve, l'important cimetière chrétien, maintenant à l'abandon, dont certaines tombes ont été mises à mal par le tremblement de terre de décembre 1999 (5,8 sur l'échelle de Richter) qui fit 41 morts et fut à l'origine de la reconstruction d'une ville moderne.

Le cimetière chrétien  d'Ain Temouchent

ain temouchent,cimetiere algerie,emile claverie

30 octobre 2011. Le carré chrétien compte environ 250 tombes, il est voisin du carré juif.ain temouchent,cimetiere algerie,emile claverie Le gardien Ahmed Iréche a 61 ans et sa famille garde depuis 63 ans - 3 générations- le repos des morts; son grand-père avait cette fonction. Surveiller, éviter le pillage des pierres et fers forgés, nettoyer, donner l'accès aux rares visiteurs (1 à 2 par mois) est le travail d'Ahmed, pas de salaire en échange mais un logement gratuit. Un portail en fer cadenassé et un mur d'enceinte en bon état coté rue, l'arrière reste ouvert sur une décharge que fréquentent les chiens, séparée d'un « no-man's land » de 60 mètres.

 

ain temouchent,cimetiere algerie,emile claverie

Une clôture ou un mur se justifieraient sur 500 à 600 m de long pour protéger l'accès arrière. Les dernière sépultures datent des années cinquante. Des caveaux en très bon état et d'autres éventrés ou effondrés, des dégâts occasionnés par le tremblement de terre de 99 et certainement par les vols. Dans quelque coin les restes d'une beuverie récente. Les tortues ont leur place et tiennent une sereine compagnie aux défunts. La mairie de Nice aurait récemment voté un budget de 22000€ pour des travaux de remise en état programmés pour 2012.

ain temouchent,cimetiere algerie,emile claverie

ain temouchent,cimetiere algerie,emile claverie«"Requiescant in pacem , Qu'ils reposent en paix »:

Les familles: Alcazar, Aldègue, André, Barioulet, Benattar, Bonnafous, Calvet, Chabaud, Cahuzac, Canizares, Cortès, Crutto, Dandoy, Dehard, Fabre, Fontaine, Fuentes, Galant, Galindo, Garcia, Gayraud-Azaïs, Guillen, Marc, Marin, Orsero, Penet, Perret, Ramirez, Ribas, Rigolle, Segura, Sopero, Sorlano, Torres,Tur,  Ufarte, Verne,...

UN ALBUM DE PHOTOS EST OUVERT A L'ATTENTION DES FAMILLES AYANT LAISSE DES LEURS DANS CETTE TERRE.

06:01 Publié dans CULTURE et PATRIMOINE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ain temouchent, cimetiere algerie, emile claverie | |  Imprimer | |  Facebook | |

01.11.2011

L'édition 2011 de" Livre en herbes" a connu une très belle fréquentation

L'édition 2011 de" Livre en herbes" a connu une très belle fréquentation grâce au soleil et a une couverture médiatique très soignée de cette manifestation, malgré une forte , pour cette journée du 16, dans les domaines, du sport: match de rugby le matin de la politique: second tour des primaires citoyennes et du spectacle avec la rencontre annuelle d'aéromodélisme.

LIVRE EN HERBE 010.JPG

 Au sommaire de cette journée des dédicaces et signatures au fil des plumes à la satisfaction de la cinquantaine d'auteurs et éditeurs présents mais aussi lectures, conteurs et théâtre pour la joie des petits. Surtout ne mettons pas à l'index la surprenante performance de Jean-pierre Auger qui, avec la rédaction improvisée en un temps record de « Dix lettres à ... » sur des thèmes inédits proposés par le public, a tantôt ému, tantôt interrogé ou fait sourire l'auditoire.

LIVRE EN HERBE 018.JPG

La page est tournée pour 2011, Anne-Marie Brun, adjointe à la culture, nous annonce: « Pour l'an prochain à la même époque plein de livres nouveaux à lire et à relire et d'auteurs à découvrir. La lecture sera là, pour relier les générations et pour moi, voir tous ces enfants se passionner autour des livres est un bonheur et une récompense. »

Emile Claverie

 

LIVRE EN HERBE 051.JPG

Fabienne Thibeault ("La fille du saint Laurent" édition du Moment) et Hélène Legrais ("Les héros perdus de Gabrielle" Ed. Calman-Lévy) dédicacent à Michel Dalmau et madame.

Ci-dessous Fabienne et Hélène en compagnie d'Eliane Comelade (Prix méditerranée 2011 pour l'ensemble de son oeuvre)

LIVRE EN HERBE 067.JPG

LIVRE EN HERBE 054.JPG

24.10.2011

A l'église, protection de "La mise au tombeau » par un superbe fer forgé

EXPO VILE LYCEE 007.JPG

L'église paroissiale Saint-Pierre abrite deux œuvres du célèbre sculpteur catalan Josep Sunyer : le retable baroque ( 17e siècle) du sanctuaire dédié à Saint Pierre  et au fond de l'église une émouvante Mise au tombeau dans la chapelle du Saint- Sépulcre qui font l'admiration des touristes. En vue de la protection de cette chapelle  une magnifique grille en fer forgée vient d'être réalisée et posée par le ferronnier d'art M. Nassali. Une deuxième grille protège les fonts baptismaux (plus difficiles à emporter par quelque voleur d'art que les statues de la mise au tombeau).

EXPO VILE LYCEE 008.JPG
EXPO VILE LYCEE 013.JPGElle a été financée par la municipalité  sur les conseils de MM. Barrenechéa ( architecte des Bâtiments de France) et L. Hugues conservateur du patrimoine. L'église étant le monument le plus visité durant toute l'année sa restauration et protection sont à l'ordre du jour par la municipalité.

Jeanne Camps

Photos E.C.  

EXPO VILE LYCEE 011.JPG

EXPO VILE LYCEE 008.JPGEXPO VILE LYCEE 014.JPG

 .

04:52 Publié dans CULTURE et PATRIMOINE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeanne camps, emile claverie, nassali | |  Imprimer | |  Facebook | |

26.09.2011

Les Journées du patrimoine par Jeanne Camps et Bénédicte Loeillet

Le week-end consacré au voyage du patrimoine pradéen a obtenu un succès mérité pour un public conquis.

PATRIMOINE 2011 003.JPG

Jeanne Camps pendant sa conférence à la médiathèque

De l'intérieur de l'église Saint Pierre au départ du cloître démantelé de l'abbaye de Cuixà vers l'Amérique, l' assistance a beaucoup voyagé grâce au talent des conférencières .

Bénédicte Loeillet.JPG

 Bénédicte Loeillet dans la travée de l'église St Pierre de Prades

Dans l'église:

 Bénédicte Loeillet a expliqué les diverses étapes qui ont permis la construction de ce grandiose bâtiment en 1606 ainsi que sa magnifique décoration à travers les retables, en particulier celui du sanctuaire dédié à Saint- Pierre, réalisé par le sculpteur catalan Sunyer .L'adjointe à la culture Anne -Marie Brun a dévoilé dans un intéressant diaporama les médaillons décorés des clés de voûte de l'église et le public a même pu accéder à l'orgue présenté par Luc le dévoué organiste .

L'Amérique et Paris:

Jeanne Camps a su, avec son talent particulier de conférencière, raconter comment un sculpteur et collectionneur américain George Grey Barnard est arrivé  en 1907 à Prades pour acheter en partie et transporter en Amérique le cloître roman de l'abbaye de Cuixà.

PATRIMOINE 2011 012.JPG

Sur ce sujet, elle  recommande la lecture de l'ouvrage de Géraldine Mallet « Les cloîtres démontés de Perpignan et du Roussillon *». Elle a aussi entraîné le public sur la vente du célèbre tableau du Gréco, actuellement au Louvre , et ayant appartenu  à la ville de Prades .

PATRIMOINE 2011 025.JPG

 Jeanne Camps et son public expliquant le retable de la chapelle de l'hôpital

Le voyage s'est terminé dans la chapelle de l'hôpital devant le retable privé de style Renaissance tardive en l'honneur de la Vierge de l'Espérance. Le maire de Prades Jean Castex  a conclu en disant le plus grand bien de ces journées « qui permettent de découvrir et de protéger un patrimoine local parfois fragilisé».

*  de Géraldine Mallet, Edition des Archives communale de Perpignan, 2000

                                 Article paru le 22 septembre dans votre INDEPENDANT.

04:58 Publié dans CULTURE et PATRIMOINE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeanne camps, benedicte loeillet, emile claverie | |  Imprimer | |  Facebook | |