10.10.2014

AU LYCEE M.SECK NOUVEAU PROVISEUR

Baye Seck est le nouveau proviseur du lycée Renouvier. Les derniers ajustements de la rentrée passés, il souhaite créer une culture d'établissement autour de trois axes forts.

PROV LYCEE SECK.jpg

M. Seck, vous venez d'effectuer votre première rentrée à Prades.

Comment s'est-elle passée ?

Je dirais que c'est une rentrée sereine, même s'il reste quelques points de détails à ajuster. Après trois semaines de fonctionnement, nous avons pris le rythme de croisière. Tout avait été très bien préparé par mon prédécesseur, Hervé Amezziane.

Où en sont les effectifs ?

Nous accueillons 1 010 élèves, soit un peu plus que l'année dernière. Toutes les disciplines ont leurs professeurs et l'établissement est en bonne santé.

Comment envisagez-vous cette année scolaire ?

Je vais poursuivre deux objectifs : amener le plus grand nombre d'élèves à obtenir le diplôme préparé et, surtout, faire en sorte de stabiliser ces résultats. Il ne s'agit pas de rester dans l'épiphénomène mais de construire quelque chose de solide, d'année en année.

C'est-à-dire ?

Il faut accepter que certains aient besoin de plus de temps que d'autres pour réussir et, surtout, pouvoir les accompagner. J'accorde beaucoup d'importance à l'orientation qui doit être concertée entre les familles, le lycée et les cellules d'orientation (CIO).

Comment voyez-vous les choses dans ce domaine ?

Il faut, bien sûr, raisonner en terme de débouchés mais, surtout, ne pas se concentrer uniquement sur le tissu économique autour de Prades. Le monde est devenu un village et j'incite les jeunes à s'ouvrir et à voyager. Je pense que 'tout est possible' si on a du courage et si on ose.

Comment les jeunes peuvent-ils réussir selon vous ?

Il faut inscrire trois valeurs essentielles dans la vie du lycée. La solidarité d'abord. Tout seul, mes chances d'y arriver sont moins grandes que si je suis bien entouré. Le courage ensuite. Si je ne me secoue pas, je me ferme toutes les portes. Et le respect enfin. Tout le monde a ses défauts, il faut savoir composer pour avancer. Si toutes ces valeurs fonctionnent, le lycée devient un lieu de vie agréable.

Et ensuite ?

J'attache beaucoup d'importance à ce que deviennent les lycéens après le lycée. Pour éviter l'échec en première année d'études supérieures, il faut absolument bien accompagner les jeunes, au moins deux ans avant qu'ils ne quittent le lycée, et travailler en liens étroits avec l'enseignement supérieur comme nous le faisons déjà avec le collège de Prades. Je veux m'inscrire dans une véritable démarche de transition vers le supérieur avec toutes mes équipes.

Et vous, quel est votre parcours personnel ?

Je suis docteur de l'Institut National Polytechnique de Grenoble. J'ai d'abord été enseignant-chercheur à Grenoble avant de travailler dans l'industrie aéronautique puis de devenir professeur de mathématiques en collège et lycée. J'ai ensuite occupé deux postes de proviseur en Nord Isère avant d'arriver à Prades.

On peut donc dire que vous avez la 'fibre' de l'Éducation nationale.

Oui. Complètement. Je compte m'appuyer sur mon expérience mais aussi sur les compétences que j'ai trouvées ici pour mener à bien le projet d'établissement.

Et les lycéens, comment les avez-vous trouvés en arrivant ?

Je les trouve sains, dans un très bon état d'esprit. Ils ne se rebiffent pas quand il s'agit d'avancer et ne sont pas dans la contestation systématique. 

00:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lycee renouvier, baye seck, prades66500 | |  Imprimer | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.