13.05.2014

Elle vient d’avoir cent ans

Elle vient d’avoir cent ans,

              mais « n’a pas l’impression de les faire »

Marie Hible est née le 6 mai 1914 à Sort-en-Chalosses dans les Landes. « Je n’ai pas connu mon père », dit-elle avec une pointe de regret matinée de tristesse dans la voix. « Il est parti à la guerre et n’est jamais revenu ». Ironie et clin d’œil de l’histoire, c’est le 8 mai 2014, jour de commémoration de la victoire alliée sur l’Allemagne nazie, que Marie a fêté son centième anniversaire.

 

marie-hible-.jpg

Aujourd’hui clouée sur une chaise en raison d’une maladie aux jambes, la toute dernière jeune et coquette centenaire pradéenne est dotée d’un sacré tempérament. 

 

« La famille étant éclatée entre le Gers et l’Hérault, c’était plus pratique pour nous tous de nous réunir un jour férié », explique sa fille Geneviève qui partage aujourd’hui avec Marie, et sa propre fille, une grande maison avec jardin située face au Canigou. « Maman a vécu au préalable près d’une trentaine d’années à Saint-Jean-de-Luz. Puis, ensuite, à Royan, Toulouse et Montpellier. Nous sommes venus rejoindre ma fille à Prades il y a maintenant 12 ans ».

Femme au foyer, Marie Hible a toujours été d’un tempérament actif. A pratiqué avec assiduité la randonnée, le ski de fond et le yoga. Longtemps fréquenté l’Université du Temps libre aussi. Las, une maladie aux jambes la contraint désormais à rester clouée sur un fauteuil roulant. « Mais elle a toute sa tête et beaucoup d’humour », précise aussitôt Geneviève. « Elle est très coquette. Récemment, elle m’a encore dit qu’elle trouvait qu’elle ne faisait pas son âge ».

 

100 ANS.jpg

 

Foie gras et magret séché

La jeune centenaire ne lâche pas la main du maire Jean Castex, venu, en voisin, lui offrir un bouquet de fleurs. Ravie d’apprendre qu’il est originaire de Vic-Fezensac. « On fait un bon Armagnac dans le Gers », rigole-t-elle. « Mon mari, qui était pourtant Charentais, préférait largement l’Armagnac au Cognac ». On sonne au portail. D’ autres petits enfants viennent d’arriver. Un colis rempli de magrets séchés, de saucisses de canard de foie gras et de fritons. « Ah je comprends mieux : le voilà, le secret de votre longévité », glisse le maire. « Que des bonnes choses, pas vrai ? Moi aussi, c’est mon péché mignon. »

Article et photos de J.L. Bobin publié dans l'Indépendant du 10 mai en page de Prades.

 

01:46 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marie hible, jean castex, jean luc bobin, prades66500 | |  Imprimer | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.