09.05.2014

GLOBULUS dans les Ecoles

Bénévoles et professionnels de la santé multiplient aujourd’hui les interventions en milieu scolaire pour faire passer le message. Car sauver une vie est à la portée de tout un chacun.

Chaque jour, pour satisfaire à la demande et sauver des vies, les services hospitaliers des Pyrénées-Orientales doivent pouvoir être en mesure de bénéficier de 80 poches de sang.
Des collectes sont donc organisées quotidiennement à cet effet dans le département par l’Etablissement français du sang. « Si globalement ce chiffre nous permet de répondre tant bien que mal à l’urgence, il est en revanche généralement beaucoup plus difficile de mobiliser des donneurs pendant les périodes de vacances scolaires », note avec une légère pointe d’amertume Valérie Font, chargée de la programmation de ces collectes pour l’Aude et les P.-O.

GLOBULUS.jpg

Les élèves de CM2 de l’école Saint-Joseph et de Jean-Petit ont récemment reçu la visite de « Globulus » pour les sensibiliser et les inciter à encourager leurs parents à participer à la prochaine collecte de sang qui aura lieu les 15 et 16 mai prochains. PHOTO/J.-L.B

Il va sans dire que les bénévoles des différentes associations, qui relaient l’EFS sur l’ensemble du territoire, ont du mal à cacher une certaine inquiétude à la veille des nombreux ponts qui vont en outre jalonner le mois de mai. L’antenne pradéenne des donneurs de sang bénévoles multiplie donc, depuis plusieurs semaines, les actions de sensibilisation dans la perspective des collectes des 15 et 16 mai prochains prévues au Foirail.

Désormais flanquée de la mascotte « Globulus », dont les marraines de charme sont les chanteuses Nayah Mestres et Marisa Delonca, l’équipe présidée par André Brugat arpente le Conflent pour inciter le maximum de personne à faire don de leur sang ces deux jours-là.

Dernière initiative en date : la visite de la représentante de l’EFS au sein des classes de CM2 du groupe scolaire Saint-Joseph et de l’école Jean Petit. « Nous venons vous voir afin que vous nous aidiez à faire prendre conscience à vos parents de l’importance de cet acte généreux », explique aux élèves Valérie Font.« Car demain : ça sera peut-être eux, ou vous, qui auront besoin de ce sang ».

«Mon papa n’avait pas mal : il souriait »

Passionnés par le sujet, les enfants ont assailli l’intervenante de questions. Parfois des plus pertinentes. Démontrant même à cet égard, et pour certains, une réelle connaissance sur le sujet. Une séance de près d’une heure, où rien ne leur aura échappé.
Globules rouges ou blancs, plaquettes, plasma, moelle osseuse, groupes sanguins, donneurs et receveurs universels : ils sont aujourd’hui incollables sur le sujet.

Valérie Font leur a ensuite précisé en détail comment se passait une collecte. « Y avez-vous déjà assisté ? », leur a-t-elle tout de go demandé. Une fillette a aussitôt levé le doigt. « Oui : mon papa ». Question : « Et qu’est-ce que tu as vu ? » Réponse : « Il était allongé. Il avait une boule bleue dans la main, comme du scratch autour du bras et une piqûre ». Question : « Et tu avais le sentiment qu’il avait mal ? ». Réponse : « Non. Il était souriant. Il avait l’air bien ».

Indolore, la prise de sang ne dure que six petites minutes. Précision : « 450 ml seulement sont prélevés ». Pas grand-chose, finalement, par rapport à tous ceux qui coulent dans nos veines. Mais qui peuvent, en l’espèce, constituer un apport énorme pour un malade ou un blessé agonisant sur le bord la route.

Article publié le 29 avril sous la signature de J.L. Bobin

02:28 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prades 66500, ecole jean petit, college saint joseph prades | |  Imprimer | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.