06.03.2014

Jean CASTEX, en campagne pour les municipales

Castex : "Vous avez une bonne équipe et un bon maire, alors gardez-les"

Pour son premier meeting de campagne, Jean Castex n'a pas ménagé ses effets. Jouant tour à tour sur le registre de l'humour, de l'indignation et surtout de l'émotion. Récit.

"Il y a six ans, jour pour jour, j'étais là devant vous. Dans la même salle. J'étais ému. J'avais le trac. Vous ne me connaissiez pas. Pour la plupart, je ne vous connaissais pas. Certains même se gaussaient. On me traitait de parachuté". Eclat de rire dans la salle.

28 FEVR 2014.jpg

En six ans, le candidat-maire UMP de Prades a appris à devenir un authentique tribun. 

C'est par ces mots que Jean Castex a attaqué, vendredi soir, son premier meeting de campagne. Tambour battant. Devant un auditoire déjà tout acquis à sa cause. En ce premier jour de vacances scolaires, trois cent cinquante personnes environ s'étaient déplacées dans la halle aux sports de la plaine Saint-Martin pour boire les paroles du maire candidat. Aujourd'hui passé maître dans l'art de l'éloquence, il poursuit. Insistant sur le registre de l'émotion. "J'étais alors un inconnu. Mais expérimenté. J'avais quelques talents. Mais vous avez été sages. En ne m'accordant pas de chèque en blanc. En m'élisant avec un score  de 50,01 %." Nouveau brouhaha hilare dans la salle. "Ces vingt-quatre voix d'avance, vous ne savez pas à quel point elles me font chaud au cœur. Elles sont pour moi un constant rappel à la réalité".

P1200075.JPG

Jean Castex avec les conseillers municipaux sortants qui se représentent

P1200077.JPG

Et avec les nouveaux conseillers qui briguent un premier mandat

Au bas de l'estrade, les membres de la liste "Pour Prades, continuons ensemble" ne quittent pas des yeux leur chef de file. Attendent un signe de sa part pour monter enfin à leur tour sur scène. "Je suis fier de mon bilan (...) Si je suis devant vous ce soir c'est que je considère que le travail n'est pas terminé (...) Je ne suis pas seul. Certes, la règle du jeu veut que ce soit un maire que vous élisez. Que vous disiez 'stop' ou 'encore'. Mais c'est aussi une équipe que vous allez choisir".

«Faites taire les idéologies"

jean castex,municipales prades 2014,jean uc bobin,emile claverieTroquant alors pour la circonstance son costume d'orateur pour un complet de présentateur télé, le boss a invité un à un ses colistiers à venir le rejoindre sur les tréteaux. Version remise des Césars, diffusée, un peu plus tard, sur le petit écran. Avec à chaque fois une pointe de grandiloquence dans la voix à l'évocation de leur nom. L'un des moments sans doute les plus émouvants fut lorsqu'il dédia le mandat passé et la campagne à venir à Sylvie Junca, sa conseillère municipale décédée en juin 2012 des suites d'un cancer à l'âge de quarante-six ans. Sur la scène, ils furent nombreux à ne pouvoir retenir leurs larmes.

Dressant ensuite dans les grandes lignes pendant plus d'une heure un état des lieux de son action, Jean Castex a exhorté ses supporters à "faire taire les idéologies". Puis, ponctuant chaque phrase de trémolos a conclu son meeting par un vibrant : "Tout et possible, mais rien n'est gagné. N'interrompez pas l'élan que nous avons donné ensemble à notre territoire. Vous avez une bonne équipe. Un bon maire aussi je crois. Alors gardez-les". Aux Pradéens désormais de trancher.

La permanence située route nationale angle rue des Marchands ( ancien magasin chaussures Félip)

est assurée 

Les mardis, les mercredis, jeudis et vendredis de 10 h à 12h et de 16h à 19 h  et les samedis de 9h à 12h.

 

Publié dans l'Indépendant sous la signature de J.L. Bobin

Photos Emile Claverie ( réunion publique du 28 février et inauguration de la permanence  le 1° mars)

Les commentaires sont fermés.