21.02.2014

Un parking tout neuf

Un parking tout neuf pour sécuriser la sortie des écoles à Prades

Doté de places réservées aux personnes à mobilité réduite et aux riverains, ce parking d’une capacité de stationnement de 87 voitures a été inauguré par Jean Castex en présence de la sous-préfète Mireille Bossy. L’Etat a participé à plus de 30 % de son financement qui est de l’ordre de 140 000 €. Sur l’un des murs d’enceinte figure une niche d’oratoire privé qui contenait autrefois la statue de Saint-Joseph ainsi qu’un banc destiné au repos et à la prière. 

PARKING DES TANNEURS (14).JPG

C’est l’époque qui veut ça. En ce moment, les merceries et les quincailleries françaises doivent faire exploser les prévisions du CAC40.Qu’est-ce qu’elles peuvent en écouler comme kilomètres de rubans tricolores et paires de ciseaux !PARKING DES TANNEURS (3).JPG

Un vaste espace de 87 places, situé à deux pas des écoles, entre le Cami Nou et la traverse Saint-Martin. Jamais aussi à son aise que lorsqu’il s’affranchit de la lecture ampoulée d’un discours, Jean Castex avait pour l’occasion opté pour l’improvisation. Chaussant néanmoins de temps à autre ses lunettes pour jeter un œil sur la petite note historique que lui avait concoctée Jeanne Camps en sa qualité de chargée de mission patrimoine.

Destiné à fluidifier et sécuriser le secteur

PARKING DES TANNEURS (5).JPG« Il s’agit d’une petite cérémonie sans prétention », précisait-il en préambule à l’adresse du parterre d’élus et de riverains ayant répondu à l’invitation. « L’inauguration d’un espace public destiné à améliorer la vie quotidienne de nos concitoyens. Pas plus. Pas moins. Mais après tout, n’est-ce pas là la quintessence de notre mission ? » Destiné à désengorger, fluidifier et sécuriser un secteur saturé aux heures des entrées et des sorties scolaires, ce nouveau parking a été aménagé en lieu et place d’un jardin et d’une bâtisse appartenant au XIXe siècle à un certain Nicolas Maler marchand drapier.

L’une de ses filles, Olympe Maler, devait vendre l’ensemble en 1917 au tanneur René Bès. Par le jeu des héritages la propriété fut ensuite transmise à Joseph Bès, époux de Lisette Quès, bijoutiers rue du Palais de justice et à Marguerite épouse Eugène Comes. René Bès et Henri Comes, les enfants respectifs de ces deux couples, finirent par vendre séparément à la ville et à des époques différentes les deux moitiés qui leur revenait. Evoquant le philosophe Vladimir Jankélévitch et sa métaphysique du « je-ne-sais- quoi » et du « presque rien », Jean Castex a insisté sur le fait que ce parking était un « investissement pour l’enrichissement du cadre de vie ».

PARKING DES TANNEURS (13).JPG

 Un certain nombre d’aménagements reste cependant encore à réaliser. L’arborer, refaire les murs et créer un espace piétonnier. « Mais il était indispensable de le mettre en fonction le plus vite possible compte tenu des attentes ». 

PARKING DES TANNEURS (9).JPG

La plaque dévoilée lors de l'inauguration du

parking le 30 janvier 2014 a été réalisée par

le ferronnier d'art Ahmed Nassali à qui l'on

doit également les ferronneries et grilles des

chapelles de l'église saint Pierre de Prades.

 

 

Publié le 01 février, signé J.L. Bobin                                 Photos Emile Claverie

02:16 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.