19.11.2013

Karaté, quand les pratiquants du « body-karaté » invitent les karatékas...

Une soirée basée sur le changement et le mélange des genres s’est tenue  dernièrement  au club de Karaté de Prades.  En effet, les participants du cours de body-karaté du vendredi soir ont accueilli les karatékas sur le tatami pour leur montrer que le «body » est avant tout une discipline tonique inspirée du fitness, alliant souplesse et endurance, sur des bases de mouvements du karaté, et le tout, en musique ! Betty, responsable de cette section qui cumule aussi le rôle d’assistante du professeur de karaté, a fait vivre un vrai moment de bonne humeur tonique et de détente physique aux 2 groupes.

BODY KARATE.jpg

Cours de body karaté pour tous, jeunes et moins jeunes.

Aussitôt après, c'était au tour des  karatékas d'inviter les adeptes du body-karaté sur les tatamis  pour un cours adapté à la circonstance sous la direction du professeur François Minguez. Chacun a pu approcher cet art martial accessible aux jeunes et moins jeunes. 

KARATEKAS.jpg

Cours de karaté par François Minguez pour les sections « body » et « karaté »

KARATE.jpg

Olivier d'Oléac, président du club, appréciait l'instant: « C’est dans ce genre de moments sportifs que l’on savoure pleinement le grand dojo municipal de notre ville. » disait-il avant d'inviter les participants pour échanger leurs impressions lors d’un apéritif-dinatoire, et d'ajouter, sourire aux lèvres: « Dans une ambiance amicale, salée ou sucrée, il y en aura pour tous les goûts, comme au club de Karaté de Prades .»                                                         E.C.                                                                                                   

Cours de « Body-Karaté »,  le vendredi de 18h15 à 19h15. 

Cours de karatés Baby, enfants, ados et adultes, renseignements au 0468971676 et 0683566603;  2 cours d’essai gratuit vous sont proposés.

Courriel: shitoryuacademy@aliceadsl.fr         

Notre site: http://karate-prades.over-blog.com/

                          Article publié dans l'INDEPENDANT du samedi 16 novembre. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.