31.08.2013

SELECOM reçoit une visite de prestige

La nouvelle sous-préfète en visite à Selecom

 

Madame la sous-préfète, Mireille Bossy, nouvellement nommée à Prades, a souhaité visiter l'entreprise Selecom, 2ème employeur de Prades, pour connaître ses dirigeants, son activité et ses perspectives.

 

claude bourgine,selecom, mireille  bossy,virginie albaracine,pascal zimoilo,

Au centre Mmme Bossy, sous-préfète

Malgré la période de congé, donc peu de présences dans l’entreprise, cette visite a eu lieu ce vendredi 23 août. Accompagnée du capitaine de gendarmerie, Virginie Albaracine et du lieutenant Zimolo, Mme Bossy a rencontré Michèle et Claude Bourgine, respectivement secrétaire générale et P.D.G. de la société Selecom.

Ce dernier a présenté l’activité de son entreprise, société spécialisée pour les couvertures difficiles en ondes hertziennes dans le domaine de l’audiovisuel, des télécommunications publiques (GSM) et privées (réseaux de sécurité police, pompiers, rail, etc...).

Le profil de Selecom

Selecom fait des études et simulation de couverture à l’aide d’outils informatiques, invente, développe et fabrique ses propres produits, réalise les installations et mises en services et assure la maintenance. Avec 85 personnes, dont 75 sur le site de Prades et 10 en Val d’Oise, Selecom est méconnue localement mais jouit d’une solide réputation en France et à l’ international, conquiert de plus en plus de nouveaux clients prestigieux (Ministères de l’ Intérieur et de la Défense, SNCF ) et se développe à l’ export.

Une baisse temporaire d’entrées de commandes s’est révélée depuis décembre, provoquée par le client Orange qui souffre de l’arrivée de Free, mais les choses devraient rentrer dans l’ordre d’ici fin 2013. C’est pourquoi un petit plan de licenciement de trois personnes fût opéré ainsi qu’une période de chômage partiel.

Des négociations sont en bonne voie avec les créanciers publics et le Crédit Agricole pour permettre la sortie du plan de continuation mi-2014 que SELECOM avait ouvert, en 2004, au Tribunal de Commerce de Perpignan.

Ainsi, un plan de développement est en cours, avec des perspectives très intéressantes, un projet d’agrandissement du local existant et de créations d’emplois se met en place, de bons espoirs pour un territoire un peu « boudé » par l’activité industrielle.                                                    Emile Claverie

 

Informations recueillies par Emile Claverie du PDG de SELECOM,  M. Claude Bourgine.

 

claude bourgine,selecom,mireille  bossy,virginie albaracine,pascal zimoilo

 Extrait de l'article signé Arnaud Andreu paru le 27 août dans l'INDEPENDANT


"Plan de continuation" : Selecom devrait voir le bout du tunnel avant la fin de l'année 2014

Lors de sa rencontre avec la sous-préfète, le PDG de Selecom, Claude Bourgine, a également évoqué le "plan de continuation" dont l'entreprise fait l'objet depuis 2002. Cette année-là, la société, dont la dette s'élevait à plus de 7 millions d'euros, avait été contrainte de fermer son usine parisienne. Elle avait regroupé ses services à Prades dans la foulée. A ce jour, Selecom est parvenue à ramener son ardoise à 2,4 millions d'euros. "Nous devrions avoir fini de rembourser la dette en 2014, assure Claude Bourgine.Nous pourrons alors revenir à une gestion normale".

Pour l'heure, l'entreprise n'a par exemple plus accès à l'emprunt. "Nous sommes obligés de tout autofinancer, résume le PDG. Le plan de continuation est une école de rigueur. La gestion au cordeau, on sait ce que c'est !".

 

Si elle n'était pas venue spécifiquement pour parler du plan de continuation, la sous-préfète n'en est pas moins restée attentive à cet exposé : "Nous suivons tout cela de très près avec la direction des finances publiques. Il ne faut pas que le plan de continuation pénalise l'entreprise. Il faut qu'elle puisse continuer à se développer".                

 

 

Les commentaires sont fermés.