13.08.2013

Basket et culture catalane pour joindre l'utile à l'agréable à Prades

Le rapprochement  entre basket et culture pourrait sembler saugrenu.

Quel rapport entre les deux ? Aucun ! C'est d'ailleurs bien ça qui en fait l'intérêt.

Une initiative sans équivalent. Explications.

Il fallait y penser. Mais surtout oser. Pour la seconde année consécutive, le Prades basket Conflent (PBC) et l'Université catalane d'été (UCE) organisent le Canigó bàsquet camp. Què és aquesta curiositat ? Comprenez un stage de basket axé autour de la découverte de la culture et de la langue catalane. Avec, en guise d'élément fédérateur, de part et d'autre des Pyrénées, sa majesté Canigou. Excusez du peu !

Débat consacré à l'arbitrage

BASKET.jpgLa paternité de cette initiative revient à Sylvain Saliès, originaire de Fillols, né à Paris et aujourd'hui conseiller technique fédéral dans le Rhône. "L'idée, c'est de mêler catalanité et passion du basket", résume-t-il. Comment ? "En rapprochant les deux thématiques à travers des échanges culturels et sportifs, alternant conférences théoriques et exercices pratiques proposés à de jeunes joueurs issus des deux Catalognes".

Contactés, Michel Morera et Franck Brunato ont aussitôt dit banco. Le premier, au titre de l'UCE, se charge d'assurer la partie catalane du stage et l'hébergement à Valroch. Le coprésident du PBC mettant, pour sa part, l'encadrement et les infrastructures du club à disposition. Cette année, la nouveauté consiste en une ascension du Canigou et une initiation aux techniques de la colla castellera dispensée par Els Pallagos del Confent. Pour conclure ce Canigó bàsquet camp, Sylvain Saliès a prévu "du lourd", pour reprendre son expression.

Au programme : deux cycles de conférences. L'une, ayant trait à la formation des jeunes joueurs par le biais de retour d'expériences entre les responsables du comité départemental des P.-O. et ceux de la fédération andorrane. La seconde, avec une table ronde consacrée à l'arbitrage. En présence d'Yvan Mainini, président de la Fédération internationale du basket amateur, Bernard Gava, directeur de l'Institut de formation, Jacques Astrou, président de la Ligue et Toni Zamora, arbitre international. Il fallait oser. Ils l'ont aujourd'hui fait.

La manifestation n'en est, certes, qu'à ses prémices. Le nombre de stagiaires concerné est pour l'instant somme toute modeste. Mais cet échange sur les méthodes de travail entre le basket français et étranger est totalement novateur. Sans équivalent à l'échelle nationale. Raison de plus pour penser que ce Canigó bàsquet camp, ne peut, à l'avenir, que croître encore davantage. Pour d'ici quelques années envisager tutoyer des sommets.

Contacts : 04.68.96.11.75 06.03.58.63.15 

Article signé de J.L. Bobin publié le 10 août dans l'Indépendant.

02:18 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.