23.06.2013

Au collège G.Violet, on déguste Gusta Délices

Vainqueur du challenge "entreprendre pour apprendre" au niveau régional, les DP3 du collège "montent" à Paris le 5 juillet pour défendre leur entreprise Gusta'délices. Retour sur une aventure passionnante.

college gustave violet,cristina raya,regis mala

La crise ? Quelle crise ? Leur petite entreprise (ne la) connaît pas ! Tralalala... Le titre du tube d'Alain Bashung ferait un excellent teasing pour résumer l'état d'esprit qui anime aujour- d'hui la classe de DP3 du collège Gustave-Violet. Comprenez, option de découverte professionnelle. Proposé aux élèves de troisièmes, ce module leur permet, en plus de l'emploi du temps classique, de s'initier, à raison de trois heures supplémentaires par semaine, au monde de l'entreprise.

Entretiens d'embauche

college gustave violet,cristina raya,regis malaRetour sur une aventure passionnante qui fait désormais la fierté de tout un établissement.
En début d'année scolaire, sous la férule de Régis Malla et Cristina Raya, respectivement profs de physique et d'espagnol, un groupe d'élèves volontaires est d'abord constitué. L'idée ? Monter une boîte commerciale. Comme une "vraie". Avec recherche de partenaires et sponsors. Des chefs d'entreprises locaux jouent le jeu avec enthousiasme.
L'un d'eux, Christian Pinard, le boss des établissements Expert, parraine le projet; 
"Je les ai, dans un premier temps, aidés à le finaliser. A trouver la bonne idée", raconte-t-il. Les propositions fusent. Mais la vente de jus de pomme et de petits pains à la récré finit par rallier tous les suffrages. C'est ainsi que "Gusta'délices" est né.

Vente d'actions

"Il a fallu ensuite désigner un PDG, un DG, un directeur financier, un directeur commercial et un responsable de la com'», poursuit Christian Pinard. Il donne un coup de main pour l'élaboration des CV et fait passer les castings d'embauche.

college gustave violet,cristina raya,regis mala

Les enseignants se mettent parallèlement à la "compta" et à la gestion. La boîte, petit à petit, se structure. Les collégiens éditent même des actions qu'ils vendent pour se constituer un capital. 500 € sont récoltés. "Avec ce pécule, la classe a pu acquérir un petit chalet en bois et négocier l'achat de pommes à la coopé la Paysanne", enchaîne la principale, Véronique Bricourt-Bailleul, ravie et "heureuse de voir l'investissement dont ont, à la fois, fait preuve les élèves et l'équipe pédagogique".

Cohésion et esprit d'équipe

Le pressage des fruits s'est fait en collaboration avec le lycée agricole de Théza. La pâtisserie Henoc a mis la main à la pâte en confectionnant les viennoiseries. Quant aux gobelets en plastique, ils ont été réalisés par Ecocup. D'authentiques verres collectors estampillés du logo de "Gusta'délices". Comme dans les ferias.

"Car l'un des préceptes ayant conduit à la création de l'entreprise, consistait également de s'inscrire dans une démarche de développement durable", insiste Régis Malla.

"Cette initiative de mini-entreprise a permis de créer davantage de cohésion au sein du groupe. Et cela a eu des effets bénéfiques sur les résultats scolaires", note Véronique Brincourt-Bailleul.
Le mot de la fin échoit aux principaux intéressés. A l'issue de la photo de famille, juste avant d'entrer en classe, l'un d'eux lâche : 
"Maintenant, nous ne sommes plus seulement une classe. Nous sommes une équipe".                  J.L. Bobin l' Indépendant du 12 juin.

Photos Emile Claverie

Régis Malla et Cristina Raya, les profs, avec Bastien Morel, le jeune directeur financier de Gusta Délices

 

 

02:07 Publié dans infos diverses | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : college gustave violet, cristina raya, regis mala | |  Imprimer | |  Facebook | |

Commentaires

Merci pour ce bel article, et bravo encore à tous ces jeunes avec qui j'ai eu plaisir à travailler !

Écrit par : Christian PINARD | 26.06.2013

Les commentaires sont fermés.